Nous voici donc, absolument seuls, sur le parking ensablé de Castle Point ! Le phare est bien là, pas encore en action mais déjà flamboyant, à la lumière du soleil couchant. La nuit approche et le ciel nous offre alors ses plus beaux pastels, bleus et roses. Complètement dégagé de nuages, cette nuit sera idéale pour aller tenter de faire des photos du ciel étoilé.

Il est 22h30 quand je décide d’aller vagabonder dans la baie, accompagné de mon boitier, de mon trépied, ainsi que de ma frontale et de ma lampe de poche. On est jamais trop prudent quand on traine seul dans le noir dans ce genre d’endroit, où l’imagination aime s’inventer des phénomènes mystiques. D’ailleurs à peine la descente de la dune entamée, quelques lueurs fugaces se déplaçant de gauche à droite me font immédiatement psychoter sur la présence d’esprits. Alors que c’est juste le reflet des faisceaux du phare sur les récifs face à la plage… Ça m’a quand même bien pris quelques secondes pour me rappeler la configuration du lieu !

 
 
 

 

Sans me laisser impressionner par mon imagination débordante, merci Hollywood et ton industrie du film d’angoisse, je me trouve un premier spot pour une photo de ciel avec décor ! Je tâtonne avec le cadrage mais le phare m’aide un peu, contrairement au vent ! C’est ça d’avoir un trépied léger pour les treks, ça résiste moins bien aux rafales… Bref, je continue ma ballade nocturne sur la plage en direction du phare quand je tombe nez à nez avec les tracteurs qui servent à mettre à l’eau les bateaux de pêche. Je les avais oubliés le temps de diner. Je tente des trucs, le lampadaire me pourrit un peu la vie avec sa lumière tungstène dégueue ! Peu importe, j’arrive à rien avec ceux là, ils sont aussi peu photogéniques qu’ils sont moches, ou je suis juste mauvais !

De toutes façons, je suis sorti pour faire des photos du ciel étoilé, du phare ou des deux à la fois ! Et puis je suis en short et tongs et je commence à cailler ! Je traverse la plage, le vent dans le dos, grimpe jusqu’au phare, tente une première compo – cadrer dans le noir, c’est quand même un concept – ça ne va pas, la voix lactée n’est pas du bon coté. Je monte encore un peu plus haut et passe de l’autre coté du phare pour l’avoir dans le cadre. C’est parti, premier test, f2.8, 800 ISO et 30s, je commence à avoir un truc ! Quelques ajustements plus tard, je craque et passe en pose bulb sans minuteur ni télécommande. C’est parti pour une minute, à rester le doigt appuyé sur le déclencheur en essayant de ne pas faire bouger le boitier. Et la voila, la photo, LA photo quoi ! Presque comme si j’avais passé des heures à faire n’importe quoi sur Photoshop sauf que là, c’est juste sorti du boitier !

 
 

Bon allez, il est 23h30 et il fait froid ! Faire des photos de jour c’est quand même plus simple ! Il fait meilleur, je vois ce que je cadre et il n’y a pas d’esprits ! Et puis j’aurai du m’en douter que c’était pas le bon soir quand j’ai voulu faire la photo de la mouette perchée sur la croix de l’église d’à côté. Le temps de récupérer le télé, de le monter sur le boitier et de cadrer, elle a décollé juste au moment ou j’ai déclenché !

Allez bisous.