Coromandel, la péninsule.

 
 

Mercredi 2 décembre 2015, nous voici donc partis sur les routes néozélandaises. Le van enfin terminé et prêt à dévorer l’asphalte. Notre périple commence par quelques tours de roues du coté de Manukau Heads et de son phare, guidant les bateaux arrivant de la mer de Tasman à l’intérieur de Kaipara Harbour.  Nous profitons d’être sur la côte ouest pour savourer le coucher de soleil et passer notre première nuit dans le van.

Le soleil de nouveau levé, nous prenons la route de Coromandel. Enfin de sa péninsule, Coromandel Town n’ayant pas grand intérêt, hormis d’offrir toute la panoplie de services utiles aux aventuriers du bitume. Si nous découvrons enfin de nouvelles routes après avoir sillonné les environs de Pukekohe à plusieurs reprises durant notre woofing, nous n’avions pas encore eu l’occasion de vagabonder le long des côtes néozélandaises. Notre patience sera récompensée à partir de Thames, à l’entrée sud ouest de la péninsule.

 
 
 
 
 
 
 

Cela dit, après quelques tergiversations sur les activités des jours à venir, nous optons finalement pour une petite randonnée de 2 jours pour atteindre le Pinnacles, point culminant de la péninsule à un peu plus de 750 mètres d’altitude. S’il peut se faire raisonnablement en une journée, nous choisissons de passer la nuit en tente au refuge, afin de vérifier que nous sommes bien capables de porter notre matériel de camping en vue des futurs treks de 4 ou 5 jours.

Une randonnée sympathique, idéale pour se réhabituer à mettre un pied devant l’autre, ça monte, ça descend au milieu de la foret, entre Kauris morts et fougères de 15 mètres de haut, traversées de rivières et fin d’ascension à l’échelle, pour enfin s’extirper de la forêt et profiter du paysage. Quelques jolies vues sur les alentours, un panorama à 360° depuis le sommet et nous redescendons.

 

 
 
 
Detours Magazine ©
 
 

De retour au niveau de la mer, la route côtière, et ses enfilades de virages plus ou moins serrés, s’offre enfin à nous. En grande partie asphaltée, c’est au long de ses sections gravillonnées que nous découvrons les plus beaux paysages et ses plus belles plages. D’ailleurs, ses plus belles plages sont, non seulement au bout des pistes, mais surtout au bout de courtes marches à pieds car inaccessibles en voiture. De Fletcher Bay à Orokawa Bay en passant par New Chum’s Beach, Opito bay et Opoutere, nous longeons les côtes de la péninsule dans le sens des aiguilles d’une montre, passant nos nuits dans des endroits magnifiques comme à Little Bay ou encore Cathedral Cove (même si ce n’est qu’un parking, la vue est sublime).

Une bonne semaine et quelques centaines de kilomètres, dont quelques dizaines à pieds, nous ont permis de découvrir cette petite région de l’est de l’Ile du Nord. Lieu prisé des néozélandais en été, c’est probablement un des meilleur endroit pour avoir sa maison de vacances. Et puis, on doit surement finir par s’habituer à la fraicheur de la mer !

Allez bisous.