Du Nord au Sud.

D’ailleurs, le Jour de l’An pointe son nez. Que faire pour le célébrer au bout du monde ? Pourquoi pas une randonnée de 2 jours pour passer la St-Sylvestre dans un refuge ? ça tombe bien, le trek du Mt Somers répond parfaitement au cahier des charges, ni trop long, ni trop dur, avec une ascension de sommet en option pour les plus téméraires… Mais comme c’est un des sujets du magazine, nous n’allons pas vous en dire plus.
Après un jour de l’An des plus sains et sobres, nous laissons reposer nos corps deux jours pluvieux durant, à regarder des séries TV dans le van, nous laissons les montagnes derrières nous pour regagner la côte Est. Nous trouvons refuge dans la péninsule de Banks, où se situe le petit village d’Akaroa. Un village presque français, tout, ou presque, y est écrit en français, parfois en abusant de la traduction mot à mot. S’y trouve même un petit phare, veillant sur la paisible petite baie depuis qu’il a été déplacé de la pointe de la péninsule, sûrement remplacé par une version plus moderne. Mais seul un tour en bateau nous aurait permis de vérifier cette suspicion car une fois de plus la route du phare mène à un cul de sac privatisé. Notre audace n’aura, une fois de plus, pas été récompensée malgré la dizaine de kilomètres de piste not suitable for campervan que nous avons due affronter. Heureusement, à notre retour d’excursion, nous avons enfin réussi à trouver des gâteaux mous, dont la Nouvelle-Zélande semble ne pas remarquer l’absence dans ses rayonnages de supermarchés, à l’épicerie du coin.  Des madeleines St-Michel ! Un peu sèches, mais pas de quoi faire la fine bouche après 3 mois d’abstinence, nous avons donc savourés chacune d’entre elles jusqu’à la dernière en laissant la péninsule derrière nous*.

 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
 

L’asphalte défile, à notre vitesse de croisière de 80 kilomètres par heure, et il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent pendant des dizaines de kilomètres. La SH1 recommence à longer le littoral à l’approche de Timaru. Bien que cette petite ville d’un peu moins de 27000 habitants, presque une grande ville à l’échelle de l’île du Sud, mérite plus qu’une halte ravitaillement d’après notre guide, nous ne ferons que passer pour rejoindre la, encore plus petite, ville d’Oamaru, un peu plus au sud. Evidemment, nous ferons d’abord une halte au phare de Tuhawaiki Point, un phare de taille moyenne et moyennement esthétique situé au bout d’une petite ballade de 15 minutes le long d’une plage où un phoque solitaire fait la grasse mat’.

Il est aux alentours de 14 heures lorsque nous arrivons dans le centre ville d’Oamaru. Un déjeuner sur le pouce et nous quittons notre van pour arpenter le quartier. Visite éclair au i-Site où nous réservons nos places pour le Blue Penguins Show à la tombée de la nuit. Oui bah ça va hein !! On n’a pas payé pour les baleines mais on peut bien s’offrir des petits pingouins ! Comme ça ne commence que vers 21 heures, nous passons une partie de l’après-midi au Steampunk HQ, hébergé au sein d’un vieux bâtiment à l’architecture victorienne. A l’intérieur, comme à l’extérieure, sont exposées tout pleins de sculptures à base de métal recyclé, d’anciens objets sont détournés de leurs usages originaux et des véhicules modifiés vous transportent dans un univers à la Mad Max. Il y a même un passage inter-dimensionnel pour vous faire mettre un pied dans la matrice.

Dans les rues adjacentes, se trouvent quelques superbes bâtiments abritant des boutiques d’un autre âge, entre magasins d’artisanat et d’occasion, voire même de brocante, faisant d’Oamaru une charmante petite ville.

 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud

 

 

© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
© Detours Magazine . Du Nord au Sud

© Detours Magazine . Du Nord au Sud

Il nous reste encore 3 heures avant le show et nous nous dirigeons alors vers Bushy Beach, une plage réservée aux Yellow-eyed pingouins à partir de 15 heures. Armés de nos jumelles et d’un téléobjectif, nous scrutons la plage à la recherche d’un pingouin retournant à son nid dans le bush.

L’hôtesse du i-Site nous ayant informé de la présence d’un seul individu en ce moment, nous nous concentrons pour ne pas manquer notre chance de l’apercevoir. Et soudain, après une bonne demi-heure de traque oculaire, il apparaît dans les jumelles ! Le plaisir est de courte durée, une trentaine de seconde ! Une heure plus tard un deuxième le rejoindra. Chanceux que nous sommes, nous en avons vu deux fois plus que prévu. Enfin, aperçu plutôt, car ils sont à l’autre bout de la plage et nos jumelles ne nous permettent pas d’apprécier le spectacle comme dans un documentaire de la BBC. Mais peu importe, ce soir ils débarqueront par dizaines et nous pourrons les voir de très près grâce à nos pass premiums. Et ce fut le cas, 119 petits pingouins bleus ont débarqué, la nuit tombée. Arrivant par vague de 40 sous la lumière tungstène des projecteurs, déambulant avec leur démarche maladroite, ils vous font sourire comme des enfants et même oublier le manque d’authenticité de l’endroit.

 

Un peu au nord de Dunedin et de la péninsule d’Otago, nous reprenons notre exploration de la cote est. La ville de Moeraki abrite une colonie de Yellow-eyed pingouin du coté de Katiki Point. Une fois de plus nous passerons quelques heures à scruter la plage, avec succès, quelques uns de ces petits êtres se sont exhibés durant quelques minutes, à une distance raisonnable cette fois-ci. Mais l’attraction principale se situe sur une autre plage, les Moeraki Boulders, des rochers ronds d’origine naturelle, dispersés sur la plage attisent la curiosité des badauds ainsi que la notre. Inutile d’y aller aux heures de pointe en journée à moins de vouloir assister à un concours de selfie. Non, mieux vaut faire l’effort de se réveiller aux aurores pour assister au lever du soleil et voir les rochers se découvrir petit à petit alors que la marée descend. Si l’expérience photographique s’avèrera finalement décevante, nous avons par contre passé un très agréable moment avec Benjamin et Julie, un couple franco-belge rencontré la veille alors que nous cherchions un spot illégal à proximité des rochers ronds pour dormir avec notre van.

 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
© Detours Magazine . Du Nord au Sud
 

Nous atteindrons Dunedin peu de temps après, et filerons sur la péninsule d’Otago faire quelques promenades entre falaises, dunes de sable et plage paradisiaque du côté de Sandfly Bay, où, comme son nom de l’indique pas, se trouve bien plus de phoques que de sandflies, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Nous pénétrons ensuite dans la région des Catlins, son littoral alterne entre récifs, falaises et longues plages, depuis la ville de Kaka Point et le phare de Nuggets Point jusque Waipapa Point et son phare éponyme. Parmi toutes les baies dessinant ses cotes, celles de Cannibal Bay, Surat Bay ainsi que Tautuku Bay sont parmi les plus belles. Même si pour cette dernière, un couple et leurs 3 chiens ont débarqué peu après nous et se sont immédiatement mis en travers du paysage, alors qu’une splendide lumière de soleil couchant inondait la baie. Heureusement l’effet du contre-jour dans la brume marine les a fait disparaître et nous a permis de prendre la capturer cet éphémère moment avant d’aller se coucher.

 
 
 

Au réveil, la météo n’est plus très jouasse, des averses incessantes nous font faire l’impasse sur quelques détours et rejoindre la ville d’Invercargill un peu plus rapidement que prévu. La pluie nous accompagnera jusqu’à notre arrivée chez nos nouveaux hôtes, la famille Guyton, où nous nous initierons au concept de food forest pendant une semaine.

Allez Bisous.

* Note de Pauline : Oh bonheur !! 


 

  

la première partie de l'article...