La suite de l'aventure.

 

Nous avons repris la route, en direction du Milford Sound cette fois ci. Bien que très touristique ce fjord apparaît comme un must do dans tous les guides, alors en bon touriste que nous sommes nous n’avons pas fait l’impasse. Nous avons opté pour l’une des deux croisières d’une nuit, on nous a parlé d’un buffet de fromage à volonté, alors si on nous prend par les sentiments…

Pour rejoindre le Milford Sound, il faut emprunter une route de 120km qui mène à un cul de sac, le fameux fjord. La route est ponctuée de points de vue et de très belles ballades.

Nous sommes donc arrivés en milieu d’après-midi pour embarquer sur le Wanderer, un bateau similaire de par sa taille, à celui du Capitaine Cook. Nous avons choisi le plus petit des bateaux disponibles pour avoir moins de monde à bord. En réalité, le Wanderer est une version un peu cheap du Navigator qui offre en plus de la croisière une ballade en kayak, et un service plus luxueux, notamment un buffet gastronomique comme on a pu en avoir lors de la croisière du Doubtful, mais nous ne l’avons su qu’après. Voilà pour le point information.

Detours Magazine . Milford Sound
 
Detours Magazine . Milford Sound
Detours Magazine . Milford Sound
 
 

A peine installés dans notre cabine privée, nous sommes invités dans le salon principal (c’est un peu pour se la raconter parce qu’en vrai, il n’y a qu’un salon…), on nous présente l’équipage, nous donne les informations de sécurité, et on nous sert une soupe vite fait. Et voilà qu’on s’arrête déjà, pour une escale randonnée. Bon, on est légèrement rabat-joie, mais on en a un peu marre de marcher dans les forêts néozélandaises, nous décidons de rester à bord pour ne rien faire et profiter du bateau vide. Ca ne se passera finalement pas comme ça car on nous propose une ballade en zodiac autour de la baie. Ballade quasi privée puisque nous sommes 4 plus le guide qui nous parle du fjord, de sa nature, et de son histoire. Nous avons même la chance de voir un phoque jaillir de l’eau pour aller rejoindre ses potes qui se la coulent douce sur les rochers.

A peine remonté à bord, nous prenons une douche et c’est déjà l’heure du repas , le bateau n’a toujours pas bougé, nous avons plus vue sur le port de pêche que sur le fjord et le soleil commence déjà à jouer à cache-cache derrière les montagnes. Le diner est bon, mais pas exceptionnel, et pas l’ombre d’un morceau de fromage à l’horizon! On comprend alors mieux pourquoi il n’y a pas eu de présentation du Chef cuistot… Car il n’y en a pas. Après le diner, nous commençons finalement à naviguer pendant quelques minutes, le temps de longer le Mitre Peak, d’aller voir les Stirling Falls, les fameuses cascades que l’on voit sur toutes les cartes postales et de rejoindre notre point de mouillage pour la nuit, Harrison Cove. Nous sommes presque seul sur le fjords, les bateaux touristiques ont cessé leurs allers et venues, mais tout est à l’ombre maintenant et il n’y a pas moyen de faire de jolies photos. Je suis un peu déçue par cette première partie, mais j’ai hâte d’être au lendemain pour découvrir le reste du fjord.

 
 
 
Detours Magazine . Milford Sound
Detours Magazine. Milford Sound
Detours Magazine . Milford Sound
 
 
 
 
 

Le lendemain n’est finalement pas à la hauteur de mes attentes, mais là encore je fais ma difficile, le fjord est magnifique, nous avons navigué jusqu’à son entrée, les nuages et la mer se mariaient parfaitement avec les montagnes, c’est impressionnant. Depuis la pleine mer, il est difficile d’imaginer qu’il y a un fjord entre ces falaises. Le lever de soleil est timide mais nous offre quelques jolis rayons même si en cette heure matinale, une grande partie du fjord est encore à l’ombre.

Alors que les avions et les hélicos ont déjà commencé leurs ballets bruyants nous regagnons le port vers 9h30. Le fjord est magnifique, nous avons en plus eu la chance d’avoir un très beau temps, ce qui est assez rare dans cette partie de la Nouvelle-Zélande et en ayant choisi la croisière d’une nuit, nous n’avons pas eu à subir les nombreux autres bateaux qui défilent entre 9 et 16 heures.

J’ai été tellement éblouie par la plénitude du Doubtful que j’ai été quelque peu déçue par le Milford, j’ai surement trop comparé, je m’attendais à ce qu’il soit aussi beau, aussi impressionnant, aussi calme mais ça ne pouvait pas être le cas.

Une route et un tunnel ont été construits pour que le fjord soit accessible aux touristes, des bus sont affrétés depuis Queenstown, alors je suis contente d’avoir pu le voir au réveil, sans personne, avec une mer calme et un peu de silence.

Si c’était à refaire, je pense qu’on y retournerait, mais plutôt sur une croisière à la journée avec un départ en milieu d’après-midi pour éviter la horde de touriste du matin et pouvoir voir le fjord en pleine lumière.

Nous poursuivons ensuite notre route, en repassant par Te Anau, nous trouvons un resto avec terrasse, Jenga géant et jeux de pétanque sous le soleil. Quoi de mieux ?! Je savoure ma victoire à cette partie qui est la plus australe de notre histoire ! Puis direction Queenstown, la route est très belle, les montagnes et les vallées sont plus sauvages que ce que l’on a pu voir jusqu’alors. Nous profitons d’une nuit au bord du lac de Wakatipu, le second lac le plus pure du monde, d’un bleu turquoise qui semble surnaturel.

Detours Magazine.
 
Detours Magazine
Detours Magazine .
 

Le lendemain nous rejoignons la ville. Et quelle ville, c’est rempli de monde, ça sent le bitume, ça klaxone un peu partout. Oh, nous ne sommes plus habitués aux villes, et aux touristes !

Après les quelques obligations administratives nous décidons de fuir rapidement, nous longeons le lac en direction de Glenorchy où nous trouvons un coin de verdure pour passer une nouvelle nuit en bordure du Wakatipu, toujours aussi beau entouré de montagnes.

Au final Glenorchy est quasiment aussi touristique que Queenstown, des bus d’asiatiques débarquent dans tous les sens, ça braille, ça fait des selfies, ça prend des poses ridicules, puis ça remonte dans leur bus…

Nous fuyons à nouveau, en direction du Mont Cook cette fois… Croisons les doigts pour que l’on réussisse à semer les touristes.

Et oui, nous sommes des touristes qui fuyons les touristes, c’est beau non ?

 

 

  

La première partie ...

 
 

Passionnée de voyage et de photographie, curieuse et touche à tout.