Road trip en Tasmanie.

Après une nuit dans le charmant Air bnb de Zac & Sunny à Geelong, nous nous envolons vers Hobart, capitale de l’état de Tasmanie, seul état insulaire d’Australie.

Un itinéraire de deux semaines que l’on a construit au jour le jour, selon nos envies et la météo. Infos pratiques, et récit de notre séjour pour vous aider à préparer votre voyage.
L'article est divisé en deux, la seconde partie sera publiée dans quelques jours. 

 
© Détours Magazine . Road Trip en Tasmanie. Itinéraire
 

LAKE SAINT CLAIR NATIONAL PARK :: 2 jours :: 

Après une heure de vol avec Jet Star, nous arrivons à Hobart sous la pluie. L’aéroport est aussi grand qu’une gare de banlieue parisienne, une sculpture d’otarie publicitaire tourne inlassablement sur le tapis roulant en attendant que les bagages arrivent, ils ont de l’humour ici.

Après la bonne impression des douaniers souriants, chien de garde mignon et otarie rigolote, nous déchantons un peu. Nous avons loué un van avec la compagnie Wicked. Prix défiant toute concurrence, notre monospace aménagé était à 20 AUD$ par jour. Seulement, premier point négatif, pas d’agence à la gare et personne ne nous attend. Nous avons peut-être pris de mauvaises habitudes lors de nos précédents voyages, généralement les loueurs sont proches ou une navette est mise en place gratuitement. Après un coup de fil rapide, nous prenons un taxi pour nous rendre à l’agence située à quelques kilomètres de là où nous récupérons notre nouveau bolide. Nous sommes bien loin du charme de notre Combi de la semaine précédente ou de notre pépère de Nouvelle-Zélande, mais au moins le chauffage fonctionne. On se contente de ce qu’on a, même si en plus de n’avoir aucun charme, on réalisera un peu plus tard que rien n’est vraiment très propre, que la cuisine est en fait constituée d’une glacière et d’un réchaud à gaz. Mais passons.

Nous prenons la route direction le centre de l’île, en moins d’une demi-heure nous avons quitté la ville et nous retrouvons au milieu de la nature, la nature sauvage, une alternance de forêts et de wetlands à perte de vue. La végétation alternant entre vert, brun et jaune, donne des airs d’Irlande au paysage, décidément !

Au bout de deux heures de route et quelques arrêts photos, nous entrons dans le Lake Saint Clair National Park, où se trouve notre hébergement, le Pumphouse Point.

 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie
 
© Détours Magazine . Pumphouse Point . hébergement . Tasmanie, Australie
 
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Pumphouse Point . Lake Saint Clair National Park
 

Le rêve, le luxe, le calme, la nature, le design et l’élégance, tout ça au même endroit : Le Pumphouse Point.

 

Il s’agit d’une ancienne centrale hydroélectrique construite en 1940, les turbines n’ont jamais réellement fonctionné à part pour des opérations de maintenance. En 1990, elle a finalement été mise hors d’état de marche. Après plusieurs années de rénovation, l’hôtel est ouvert depuis un an. Le bâtiment principal, la Pumphouse, semble flotter calmement au bout d’un ponton.

 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Pumphouse Point . Lake Saint Clair National Park
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Pumphouse Point .
 

Nous avons passé deux nuits inoubliables. Les chambres sont spacieuses et modernes, et la vue est tout simplement indescriptible. Grâce aux grandes fenêtres donnant sur le lac, la sensation d’être seul au monde est à son apogée. Nous n’avons pas l’habitude du luxe, ça fait maintenant 10 mois que l’on voyage en itinérant, avec notre maison sur notre dos et notre porte monnaie au bord de l’anorexie, alors là on a complètement craqué pour se faire un petit, non, un énorme plaisir ! Le seul bémol, ça été de partir ! J’avais envie de me séquestrer dans notre chambre pour ne pas devoir partir.

© Détours Magazine . Tasmanie, Asutralie . Pumphouse Point . hébergement

Outre le bâtiment en lui même, c’est le lieu qui est enchanteur. Au cœur du parc national, nous sommes uniquement entourés par la nature. Plusieurs chemins de randonnée permettent de découvrir le parc sous toutes ses coutures. Nous avons fait une boucle de quatre heures, en longeant le lac tout d’abord, puis la rivière, pour enfin nous enfoncer dans la forêt, en montant vers le lac Shadow. Ce jour là, les nuages bas, la bruine permanente et le froid donnaient des airs fantastiques au lieu. Et ce calme tout autour de nous… Pas un bruit, de temps à autre des oiseaux, mais que très rarement, ils devaient être bien au chaud et à l’abri dans leurs nids. Les arbres énormes participaient également à ce côté féérique.

Et puis il a fallut partir, mettre cap à l’ouest après deux jours en plein rêve.

 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Lake St Clair National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Lake Saint Clair National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Lake Saint Clair National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Queenstown
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Sister Beach
 
 
 

QUEENSTOWN, STRAHAN ET ROUTE VERS LE NORD :: 2 jours

Pour rejoindre le Nord, nous avons fait un détour par la côte Ouest, Queenstown, et Strahan. Queenstown apparaît comme un cheveu sur la soupe, après des heures de routes montagneuses, nous sommes tout d’un coup dans une ville enclavée entre les montagnes rosées. C’est surprenant de s’imaginer vivre ici, isolés à des centaines de kilomètres d’autre chose. La ville est charmante, mais nous ne nous sommes pas éternisés, nous avons rejoint Strahan pour la halte du jour. Première nuit dans notre van moche, seuls face à la mer à Ocean Beach.

Eh bien, dormir dans un monospace, en hiver, face à la mer, c’est poétique mais très peu confortable ! On s’est caillé toute la nuit, et on a regretté notre joli van de Nouvelle-Zélande avec la grosse couette, la couverture en alpaga et les oreillers ! En tout cas on est ravi de ne pas avoir pris l’option tente sur le toit.

Nous reprenons la route du Nord, nous avons pensé prendre la C249 plus proche de la côte, puisque nous voulons aller dans la région d’Arthur River, mais il faut traverser une rivière, et les 200 kilomètres de gravel road ne nous emballent pas, nous prenons donc la route principale, non sans quelques détours et pauses photos ça et là.

Nous retrouvons la mer en arrivant à Burnie, et plus particulièrement à Boat Harbour Beach, où nous passons la nuit en compagnie des kangourous, et toujours bercés par le bruit des vagues.

LA CÔTE NORD OUEST :: 2 jours

Le lendemain, détour obligatoire par Sisters beach pour une ballade matinale et une dédicace à mon frangin, l’air est frais mais nous souffrons moins du froid que la veille. Puis, nouveau parc national, Rocky Cape. Un parc national en bord de mer, regroupant des falaises de folie et de belles plages. Les roches orangées s’entremêlent aux cailloux bruns et à la végétation alentours. C’est multicolore et toujours en contraste avec ce ciel chargé qui nous suit depuis notre arrivée. L’air est revigorant, le vent nous donne notre dose d’oxygène, particulièrement lorsque nous remontons vers le phare, là-haut ça décape ! La vue donne le vertige, c’est encore plus beau d’ici !

 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Sister Beach
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Rocky Cape National Park
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Rocky Cape National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Rocky Cape National Park
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Rocky Cape National Park
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Rocky Cape National Park
 

Nous continuons vers l’Est, courte halte à Stanley, petit village de pêcheurs aux airs scandinaves, des toits multicolores, un port de pêche, une montagne qui sort toute droite de terre et des bords de mer accidentés. Le temps ne nous permet pas de l’apprécier à sa juste valeur, ni même de prendre le téléphérique qui monte en haut du Nut State Reserve.

Ce soir, nous passerons la nuit à Marrawah, (très) petit village de la côte Ouest.

Le lever de soleil est magnifique, les couleurs chaudes s’étendent partout, sur les maisons, les champs, le ciel, tout est jaune orangé ! C’est l’un des avantages de dormir dans une voiture, il suffit d’ouvrir un œil endormi pour savoir si ça vaut le coup de mettre le nez dehors. Ce jour là ça valait le coup, et ça n’a duré que quelques minutes. Le soleil a vite été se cacher derrière de gros nuages, et la brume est retombée rapidement.

En Tasmanie, c’est un climat océanique très changeant, ça pleut, ça vente, puis ça repleut. Mais la brume nous a permis d’improviser une séance photo dans le bourg, toujours dans cette atmosphère mystérieuse et intemporelle. C’était très beau, patience pour les images, nous avons shooté à l’argentique, et les labos ne courent pas les rues par ici.

West Point est connu pour sa plage et ses grosses vagues ! Les Tassies ne sont pas frileux, nous avons doudounes et polaires sur le dos, pendant qu’eux barbotent sur leurs planches en combis tel des phoques ! A défaut d’aller surfer, nous sommes allés marcher, crapahuter dans les rochers pour savourer les rayons de soleil qui nous offraient une lumière magnifique et un bel arc en ciel.

 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Marrawah
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . West Point
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . West Point
 

Les roches oranges semblaient tellement fluos entre la mer et le ciel sombre. Quelques mètres plus loin, les herbes folles et bien vertes recouvraient les bords d’un petit lac, quelques roches grises étaient parsemées ça et là. C’est tellement beau quand le paysage change en quelques mètres seulement, du sable, des roches brunes, beiges, oranges, grises, des herbes, des arbustes et parfois, des kangourous effrayés qui fuient en bondissants. Après avoir passé Arthur River, où il est possible en été de faire des croisières, nouvel arrêt photo à Couta Rock, petit hameau de pêcheurs, quelques bateaux amarrés tanguent au rythme des vagues, et comme trônant sur la plage, un plus gros bateau semble prêt à décoller. Il ne nous en faut pas plus pour aller déambuler, l’œil dans le viseur, explorer les environs.

 
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . West Point
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Couta Rock
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Couta Rock
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Cradle Mountain National Park

 CRADLE MOUNTAIN NATIONAL PARK :: 2 jours

Arrêt obligatoire par la ville de Penguin pour une photo souvenir en compagnie de la mascotte du village #passionpingouin. Une fois cette parenthèse faite nous nous rendons tranquillement au centre de l’île, dans le Cradle Mountain National Park. C’est le parc le plus connu de l’état, notamment pour ses montagnes et sa randonnée de plusieurs jours : l’Overland Track. Le froid est saisissant, et la pluie infatigable, nous avons opté pour deux nuits en auberge, rien de très luxueux cette fois-ci, mais au moins, on dort au chaud dans un vrai lit.

Malgré le sale temps on se motive à faire la balade de quelques heures autour du Dove Lake. C’est assez beau, et surtout très calme. Le chemin fait le tour du lac, la plupart du temps sous les arbres, mais toujours avec une vue sur le lac qui frétille sous les bourrasques. C’est assez fréquenté, même en hiver.

Le lendemain nous nous attaquons à la randonnée du Marion’s lookout, qui offre un très beau panorama sur les Cradle Mountain et autres lacs alentours. Ça c’est la version officielle, ce que nous avons vécu est à l’opposé. Du vent, de la pluie, de la grêle et des nuages. Le chemin commence par une partie du Dove Lake Track, pour ensuite se faufiler dans les collines afin de remonter au Wombats Pool, qui s’est transformé au fil du temps pour devenir aujourd’hui « Wombats Poo ». Ce lac est beaucoup plus petit, comme plus intime, ça donne envie de s’asseoir contre un arbre et de bouquiner, s’il n’y avait pas la pluie… Le tracé remonte pour offrir un superbe panorama sur les deux lacs et la vallée au loin, c’est très beau, et par chance les nuages ne viennent pas perturber le panorama. Arrivés au Crater Lake, nous changeons de cap, nous sommes arrivés à hauteur des nuages, le chemin qui remonte au Marion’s lookout disparaît sous la couche de blanc, cela veut dire qu’il n’y aura rien à voir de là-haut. Nous redescendons en longeant le Crater Lake afin de faire une boucle et rejoindre le parking.

 
 
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Cradle Mountain National Park
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Cradle Mountain National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Cradle Mountain National Park
 
© Détours Magazine . Tasmanie, Australie . Cradle Mountain National Park
 

Malgré la météo nous avons profité de la région et du grand air. Il faut bien être en vacances pour s’aventurer dehors par un temps pareil, si on avait été à Paris, on aurait passé la journée bien au chaud à regarder des films ou faire un puzzle en mangeant des cookies maisons ! Mais on est là alors on en profite. On aurait aimé avoir une meilleure météo pour faire des marches plus longues et profiter des points de vues. Il faudra revenir, et en été pour pouvoir parcourir l’Overland Track qui a l’air époustouflant.

Le suite du voyage dans quelques jours... Au programme, une tempête, des phares, une île et une ville !


 

  

 

 

La suite du voyage...

 

Passionnée de voyage et de photographie, curieuse et touche à tout.